Rechercher dans ce blog

vendredi 22 décembre 2017

C.R. DE LA RÉUNION AVEC LE MAIRE DE PESSAC, DES ASSOS, DES RIVERAINS

Compte rendu de la réunion du 20-12-2017 à la mairie de Pessac à la suite du mécontentement des riverains de la gare de Pessac depuis la mise en service de la ligne Macau-Pessac (triangle des Echoppes).
 
A la demande des riverains de la gare de Pessac, excédés des nuisances provoquées par le stationnement des TER Pessac-Macau mis en service le 11-12-2016, Monsieur le Maire de Pessac a organisé une réunion le 20-12-2017 en Mairie de Pessac où étaient invités la SNCF, la Région Aquitaine et les riverains de la gare de Pessac ; à la demande des riverains, les associations Trans’CUB et Talence Gare Multimodale étaient aussi présentes.
La SNCF était représentée par 3 dirigeants des services concernés, la Région avait délégué un conseiller régional pessacais qui, d’emblée a reconnu qu'il n'était pas spécialiste transport. Après un rapide exposé de l'objet de la réunion, Monsieur le Maire a donné la parole aux riverains pour exposer leurs griefs sur le sujet.
Plusieurs riverains prirent la parole pour se plaindre
1) du stationnement particulièrement polluant des TER thermiques (pollution atmosphérique liée au carburant, pollution phonique, pollution vibratoire), mais également des vibrations ressenties avec les TER électriques stationnant à proximité de leurs habitations.
2) des coups de klaxon des trains circulant sur la voie contiguë aux TER lorsqu'ils stationnent. Les 30 à 40 riverains présents étaient unanimes pour reconnaître ces gênes comme intolérables parce que trop répétitives et continues. Un associatif a par ailleurs rappelé que l'étude environnementale relative à la construction du triangle des échoppes avait été totalement insuffisante puisqu'elle n'avait pris en considération que la circulation de TER électriques et n'avait pas tenu compte du stationnement en gare des TER Pessac-Macau, alors que ce stationnement est d'environ 5 heures par jour et qu'il est d'autant plus gênant lorsque les TER sont thermiques. Il a  souligné que les riverains présents dans la salle étaient plus nombreux que les voyageurs journaliers empruntant les TER à Pessac et qu'il était dans ces conditions normal de se poser la question sur l'utilité de cette desserte ; il a rappelé qu'avant la construction du triangle des échoppes les voyageurs des TER avaient la possibilité de prendre à Arlac-Mérignac la correspondance prévue avec les bus 23 ou 42 pour rallier la gare de Pessac et surtout que le taux de remplissage  des TER avoisinait 2% à Pessac ( chaque TER offre 171 places assises).
Monsieur le Maire a indiqué, qu'en tant que Maire de Pessac, c'était un élément à prendre en considération dans l'intérêt général de la population.
Monsieur le Maire de Pessac a donné la parole au représentant de la Région N.A. qui contesta le peu de fréquentation des TER Pessac-Macau trouvant les critiques excessives à l'égard d'un projet de création d'une liaison ferroviaire nouvelle dont il fallait attendre encore les effets. Il rappela le rôle de la Région, dédouana celle-ci et reporta toute la responsabilité sur le manque de réactivité de la SNCF et le comportement de certains de ces agents. Ces propos choquèrent une bonne partie de l'assistance.
Les représentants de la SNCF s'excusèrent des désagréments infligés aux riverains et expliquèrent objectivement les causes : les difficultés à ne faire circuler que des circulations électriques dues essentiellement à une caténaire de 83 ans, donc fragile ; chaque incident, chaque période d'entretien se traduit malheureusement par le remplacement des TER électriques par des TER thermiques parce qu'il faut continuer à acheminer les usagers ; en plus en période de givre ou de forte chaleur, il est préférable de circuler thermique compte tenu de la fragilité de la caténaire car si celle-ci était avariée cela se traduirait par plusieurs jours de traction thermique : le temps de remise en état des installations. Enfin l’un d’entre eux a souligné que dans les périodes de forte consommation d'électricité, EDF demandait à la SNCF de faire circuler en thermique là où c'était possible afin d'éviter des coupures de courant au niveau national ; c’est arrivé durant l'hiver dernier ; ensuite, il s'est engagé à aviser les conducteurs de TER pour que ceux-ci tiennent compte de la particularité de la gare de Pessac située en zone urbaine et qui n'a pas été conçue à son origine pour y faire stationner des TER. Il a reconnu qu'il était possible de réduire de 48 à 20 minutes les nuisances liées au stationnement et qu'il prendrait les dispositions pour qu'il en soit ainsi ; concernant le klaxon des trains de passage, il va se renseigner pour voir si, réglementairement, il peut faire supprimer cette obligation et si cela est possible, il fera le nécessaire pour obtenir une dérogation pour la zone de Pessac ; SNCF Réseau a annoncé qu'en février 2018 le train dérouleur-caténaire ausculterait la caténaire de l'ensemble de la ligne de Talence au Verdon et améliorerait son état, ce qui devrait réduire sérieusement les incidents et le nombre de circulations thermiques ; comme nous sommes en hiver, SNCF Réseau ne peut garantir qu'il n'y aura pas d'incident avant février 2018. A la demande d'un riverain, un des responsables SNCF a donné son adresse mail pour signaler tout problème rencontré.
Monsieur le Maire a remercié les responsables SNCF pour leurs interventions et leur volonté manifeste d'améliorer une situation difficile née de la création des navettes Pessac-Macau.
Un participant associatif a rappelé que le jour de l'inauguration du triangle des échoppes, le Directeur Régional de SNCF Réseau avait, dans son discours, souligné que l'ouverture de cette ligne n'aurait jamais été réalisée sans la volonté du Président de la Région N.A. et sans le financement de la Région. Trans'Cub a fait le bilan de cette mise en service : le dossier d'enquête publique indiquait que la fréquentation de la ligne Bordeaux-Le Verdon (411 000 voyageurs en 2010) passerait à 639 000 après une année de mise en service du triangle des échoppes ; après une année la fréquentation de la ligne est tombée à 300 000 voyageurs, notamment du fait du remplacement de 4 allers-retours Bordeaux-Macau par 4 allers-retours Pessac-Macau.
Avoir investi 25,6 M € pour l'infrastructure, 4 pour le matériel roulant et avoir un déficit annuel d'exploitation de 1,4 M€ pour une perte d'usagers, il est urgent d'abandonner l'exploitation de cette ligne pour reprendre l'ancienne desserte vers Bordeaux avec arrêt des TER à Talence Médoquine.
Monsieur le Maire a fait une synthèse complète de tous les points évoqués et a proposé une nouvelle rencontre à tous les participants dès que la Région aura communiqué la fréquentation des TER Pessac-Macau et regardé ensemble la solution d'intérêt général à mettre en œuvre.

Germain Suys, Président de ATGM

3 commentaires:

Bruno a dit…

83 ans la caténaire...cela me semble beaucoup...et la voie?

suys germain a dit…

le 4 juillet 1934,la mise sous tension électrique intervient simultanément sur la ligne Bordeaux-Saint-Louis/Pointe de Grave et sur la Ceinture de Bordeaux. La ligne de ceinture a été ouverte en voie unique aux trains militaires le 10-11-2017,au trafic marchandises le 18-2- 1921 au trafic voyageurs le 14-3-1921. La deuxième voie ne sera mise en service que le 22-2-1934. Cette ligne ,bien qu'elle porte toujours le nom de ceinture, n'a plus rien d'une ceinture depuis la fermeture de la gare de Ravezies le 25-8-2012.La ligne Bordeaux-Saint-Louis a été amputée deux fois:le 10-1-1968 la voie est déposée au niveau de la place
Ravezies. Le 1-4 -1968 la gare de Ravezies est mise en service; le 25-8- 2012 la ligne est fermée entre Ravezies et la bifurcation de Beyreman. Le premier tronçon de la ligne Bordeaux -Macau a été mis en service le 28-11-1868.Bien entendu les voies ont été renouvelées depuis ,ce qui n'est pas le cas de l'ensemble des installations de traction électrique dont la caténaire est un élément. Germain Suys

Anonyme a dit…

Oui, oui, la caténaire Midi a été installée en 1934, cela fait donc 84 ans. Elle est en piteux état et à bout de souffle. Quant à la voie de ceinture, elle vient de célébrer ses 100 ans le 10 novembre dernier. C'est en effet le 10 novembre 1917 qu'a eu lieu la première circulation avec un train de fret transportant du matériel militaire américain depuis le terminal de Trompeloup de Pauillac où l'armée américaine du Général Pershing débarquait son matériel. Un RVB (renouvellement voie ballast a été réalisé sur cette voie de ceinture en 2010. On peut donc considérer la voie comme neuve.